En Iran nous devons nous battre pour la démocratie et la liberté d’expression.
Existe-t-il une vision pour remplacer la tyrannie de la théocratie et le Velayat-e Faqih réactionnaire?
Dénonçant la tyrannie ne suffit pas.
Ce n’est qu‘un début.

La Justice Iranienne

La justice

La justice iranienne est basée sur la charia. Depuis 1979, les tyrans de la Révolution islamique ont introduit et poursuivi la charia dans la dictature du Velayat-e Faqih.
La réponse du peuple a été le déni des réalités et l’obéissance silencieuse.

Médias en Iran

Propagande

Les médias iraniens sont entre le marteau et l’enclume. La propagande islamique est partout: dans les livres, les films, et les contes pour enfants. La perversion de la censure conduit l’auto-censure, même dans les conversations privées.

Les droits Humains

Droits Humains

L’irrespect iranien pour les droits de l’homme est vieux de plusieurs siècles. Le bilan de la République Islamique est pire que celui du Shah. Les femmes, les minorités ethniques et religieuses paient le prix de l’obéissance de la majorité silencieuse face au Velayat-e Faqih.

Si en Iran les choses devraient changer, il faut avant tout être conscient dans quelle mesure le fondement de la tyrannie réside dans les vastes réseaux de personnes corrompues avec un intérêt à maintenir cette tyrannie.

L’économie

Economie

L’économie iranienne est basée sur les dogmes du Velayat-Faqih, la corruption, les bakchichs et par coups des subventions. Une forte inflation et un chômage galopant produisent un faible revenu. L’économie de la «débrouillardise» est acceptable et naturelle par la majorité des Iraniens.

La mentalité

La mentalité

Entre eux, les Iraniens sont péremptoires. Au sein des familles, le despotisme domestique est monnaie courante. Face à une force supérieure, l’obéissance prévaut. Les notions de joindre les forces pour mener des actions dans l’intérêt commun et de compromis sont encore à être compris.

Les générosités

Dépenses

Exporter de la révolution iranienne au Moyen-Orient est le rêve du Velayat-e Faqih. Le régime a dépensé sans compter pour ses alliés dans la région, certes pas à des fins pacifiques.
Et si «mon argent» ne suffit pas, “ma puissance nucléaire» serait convaincante.

La démocratie, avant d’être adopté dans les institutions, est ancrée dans les mentalités. Elle est une force intérieure qui rejette le despotisme à tous les niveaux, domestiques et politiques. Elle est un état d’esprit qui respecte le libre arbitre et le compromis. Elle ne se met pas en place en trichant avec les traditions réactionnaires pour se sentir en sécurité.
La démocratie vient quand la majorité la réclame avec force et agit pour l’obtenir.
La démocratie est construite quand l’empathie et la solidarité remplacent l’apathie, l’égoïsme sectaire et le dogmatisme religieux.
Un Iran démocratique doit encore être conçu et nourri.
Digiprove sealCopyright secured by Digiprove