Iran Propagande Medias

Home / Français / Iran Propagande Medias

On peut en apprendre beaucoup sur un pays par la lecture de ses médias. Le choix des sujets et le style médiatique permettent une meilleure compréhension de l’information dont les audiences sont nourries quotidiennement. Il existe de forts contrastes entre la publication des nouvelles au Royaume-Uni et aux États-Unis, ceci même quand ces news couvrent des événements identiques. J’ai pensé qu’il serait intéressant de voir ce que je pouvais apprendre à la lecture de sites de presse iraniens sur une durée d’une semaine ou deux. Pour voir d’une part le niveau de couverture, et d’autre part la manière dont les nouvelles «à la une» avaient été publiées en Iran par rapport aux médias occidentaux.

En comparant la couverture en ligne des sites de «news» iraniens avec les grands médias occidentaux, il devient rapidement évident que, même si les deux sont proches par leurs présentations, les contenus ne peuvent pas être plus éloignés.
Clairement, les sites iraniens ont tenté d’imiter le style glamour «hollywoodien» qui est prisé en Occident et en particulier par les Américains: une production lisse pour afficher des titres sérieux dans tout leur sensationnalisme, ainsi que du remplissage trivial et des anecdotes de «feel good» pour combler les lacunes. Ce style, qui trouve également sa place dans les médias européens où les «news people» (qui étaient autrefois l’apanage des magazines à potins et ragots), est de nos jours omniprésent, même à la une des médias traditionnels dits «sérieux». Les sites iraniens semblent essayer de copier ce style, mais il y a quelque chose de troublant quand une mise à jour du nouveau jeu vidéo Halo s’entremêle d’articles sur les frappes mortelles des drones américains et la vilénie d’Israël.

Manifestement, les États-Unis et Israël sont le sujet majeur des nouvelles «internationales» iraniennes. Au cours des sept jours (7 – 13 Octobre 2014) pendant lesquels j’ai suivi les deux médias en parallèle, l’attention des médias en Occident était principalement axée sur la propagation mondiale du virus Ebola ainsi que sur les efforts internationaux visant à mettre un terme aux actions de l’État Islamique (EI – Daesh) qui gagne du terrain au Moyen-Orient. C’est à peine si l’Iran a été mentionné dans la presse occidentale, y compris dans les rubriques «Moyen-Orient»; l’accent était mis sur la Turquie, la Syrie et l’Irak. Il est assez surprenant que près de 50 % des nouvelles sur FARS NEWS, IRAN DAILY et IRNA se soient focalisées sur les États-Unis ou Israël. Sans surprise, tous les articles étaient négatifs et accusateurs d’un mal.

Il serait trop simpliste d’affirmer que c’est de la propagande antiaméricaine pure; les médias iraniens que j’ai consultés prétendent être indépendants et impartiaux. Pourtant, chaque «nouvelle» était antiaméricaine par son titre et par les faits «accommodés» aux slogans anti-USA. Plusieurs articles concernant les émeutes aux États-Unis à la suite des meurtres d’adolescents noirs non armés étaient des titres provocateurs qui reliaient des séquences vidéo sans son ou des photographies de manifestants, sans dates ni lieux. Aucuns faits n’étaient relatés, aucunes analyses n’apparaissaient, et les éditoriaux traditionnellement publiés dans l’Ouest étaient absents. Très souvent, les « news » à l’iranienne n’étaient rien de plus qu’un diaporama de vidéos reprises sur Internet cherchant à démontrer que le «peuple américain» se révoltait contre son propre gouvernement. Il est à noter que de nombreux reportages sur les USA se trouvent à la page d’accueil des agences de presse iraniennes ; des «news» qui ne sont même pas des « news » aux États-Unis, mais qui, pour d’étranges raisons, s’avèrent d’une importance capitale en Iran et doivent absolument être communiquées aux Iraniens.

Le 9 octobre, le quotidien Iran Daily a publié sur sa page d’accueil un article qui semblait sortit tout droit de l’époque de la Guerre Froide et de sa propagande. L’article était tellement hors de propos et malhonnête qu’il m’a semblé nécessaire de m’assurer qu’il avait bien été publié en une des « news » de 2014. Le titre était «la Russie et la Chine capables de vaincre les USA dans une guerre nucléaire [selon] le Prof Fetzer». La «nouvelle» elle-même consistait tout simplement en trois paragraphes, copiés et ajustés, d’une interview que le professeur James Henry Fetzer avait accordée au «PressTV», agrémentée de l’image de cinq petits navires indéfinissables, sans date ni lieu. Iran Daily a tenu à souligner que Fetzer était un commentateur politique américain éminent [sic], et qu’il était convaincu que «l’action des États-Unis était comparable à celle de l’Allemagne hitlérienne», et que la Russie et la Chine seraient en mesure de vaincre les États-Unis dans une guerre nucléaire où «des centaines de millions» d’Américains mourraient.
S’il s’agit là d’un exemple des «nouvelles» propagées quotidiennement par les médias iraniens, comment l’Iran Daily peut-il être considéré comme une agence de presse de bonne réputation, si l’article n’est autre que de la propagande avérée ?

Le nombre d’armes nucléaires stockées à travers le monde est documenté. Par ses déclarations dogmatiques, Fetzer prétend que la Russie et la Chine seraient prêtes à déclencher une guerre nucléaire contre les USA pour leurs opérations militaires en Syrie et au Moyen-Orient. Les autres déclarations de ce «prof» se lisent plus volontiers comme les divagations d’un Américain obsédé par les théories de conspiration et rarement, contrairement à la présentation que l’Iran Daily en fait, comme l’avis d’un « commentateur politique américain éminent ».
Le professeur Fetzer EST un théoricien obsédé par la conspiration. Il est anti-USA et anti-Israël. Après avoir revendiqué la responsabilité de ces deux États dans plusieurs événements, de l’assassinat de JFK à l’attaque du 11 septembre contre les Twin Towers, il avait publié un article affirmant que les escadrons de la mort du Mossad étaient responsables du massacre de l’école de Sandy Hook. Ses allégations et réclamations contre les États-Unis et Israël ont été énergiquement critiquées. Il n’est certainement pas le «commentateur politique américain éminent» auquel l’Iran Daily voudrait nous faire croire.
Les informations sur les sujets typiquement iraniens étaient toujours optimistes et très positives, du cocorico national, en contraste avec les médias occidentaux qui passent souvent plus de temps à rendre compte de leurs propres défauts et à critiquer. Ce qui n’est pas le cas en Iran. “Le FMI salue les réalisations de l’Iran sur le plan économique” , “l’Iran joue un rôle clé dans la sécurité régionale” et “Un émissaire français décrit l’Iran comme le pays régional le plus sécurisé pour les touristes étrangers” sont quelques-uns des titres de rapports de la part d’organismes ou de personnes manifestant un soutien de l’Iran à l’étranger.

Iran-Propagande-Medias

Titre des journaux Iraniens, 11 Février 2015: Cocoricos, propagandes

Les médias iraniens sont avides de publier n’importe quelle anecdote ou déclaration hors contexte «d’étrangers» pouvant être positives à l’égard de l’État. Ce n’est qu’en lisant, le plus souvent de très courts articles, que l’on s’aperçoit par le détail que beaucoup de propagande politique a été instillée. Il apparaît, une fois que l’on creuse sous les titres des nouvelles iraniennes, que les faits sont souvent très différents.

Le 8 octobre, deux sujets sur l’Iran ont paru sur le site de la BBC, l’un concernait le président Rouhani s’adressant aux étudiants lors d’un rassemblement à l’université, et l’autre l’incendie d’une usine d’armement importante qui a tué deux personnes. L’incendie de l’usine était présenté sur la page d’accueil des nouvelles de la BBC. Celle-ci a offert un rapport raisonnablement détaillé de l’accident. FARS NEWS et Iran Daily n’ont eu aucune mention de ce fait. L’INRA a en a fait un court paragraphe avec très peu de détails. Le rallye de l’université a été couvert par FARS NEWS, Iran Daily et l’INRA, mais une fois de plus il se résumait à un rapport non détaillé où manquaient naturellement les points cruciaux soulevés dans le reportage de la BBC.

Les sujets que les médias iraniens choisissent de partager en anglais avec le monde extérieur sont triés sur le volet pour répondre à un public étranger. Peut-être parce que de nombreuses nouvelles locales sans détails ont peu d’intérêt à l’extérieur de l’Iran, mais je ne peux m’empêcher de penser que la publication continuelle de sujets pro-Iraniens, anti-USA et anti-Israël découle de la volonté d’alimenter les lecteurs de nouvelles que l’Iran souhaite faire entendre à l’étranger.
Un autre exemple de publications sélectives à considérer: la conférence du Caire, où les bailleurs de fonds internationaux s’engageaient à verser 5,4 milliards de dollars US pour aider à la reconstruction de Gaza après le récent conflit avec Israël. Un reportage de la BBC a couvert cet événement en détail, en précisant les montants promis par les différents pays, parmi lesquels les États-Unis avec 212 millions de dollars et les membres de l’Union Européenne avec 568 millions de dollars. Au total, Gaza a reçu la promesse de plus d’argent que ce qui avait été demandé, et un soutien à la reconstruction complète le plus rapidement possible. Le secrétaire d’État américain John Kerry déclara: «les habitants de Gaza ont désespérément besoin de notre aide, pas demain, pas la semaine prochaine, mais ils en ont besoin maintenant.» L’article est très pro-Palestine, avec toutes les parties visant à aider à la reconstruction, dès que possible. Il est très étrange que les deux sites FARS NEWS et Iran Daily n’en aient pas parlé, mais ce qui est encore plus étrange, c’est la façon dont il a été signalé par l’INRA. Il ne fait pas mention des promesses de dons de 5,4 milliards de dollars, et ne cite pas le désir de soutien des États-Unis et des Européens à la reconstruction. L’INRA a mentionné le sujet avec la citation d’un porte-parole du Hamas, anonyme, qui affirmait que «les experts politiques de la région ont des doutes quant à une reconstruction rapide». Tous les points positifs du rapport de la BBC ont été perdus, l’article s’est concentré sur les «règles strictes» de «l’ennemi sioniste».

Une semaine de lecture parallèle des médias iraniens et occidentaux m’ont beaucoup appris sur la façon dont le contenu diffère entre l’Iran et l’Occident, mais aussi sur leurs similitudes. Les médias occidentaux sont beaucoup moins enclins à publier des articles glorifiant des réalisations, alors que les nouvelles iraniennes publient et considèrent important le fait qu’une agence ou un dignitaire étranger aient émis la moindre remarque positive. Si les médias occidentaux sont prompts à critiquer sévèrement leurs propres gouvernements pour chaque erreur ou échec, il est impossible d’ignorer l’obsession des médias iraniens vis-à-vis des États-Unis et d’Israël, une obsession qui encombre les sites et leur fait perdre leur honnêteté, de la même manière que les médias occidentaux le font avec les «news people».

Toutefois, les médias iraniens et occidentaux ont une rubrique quasiment identique : « les sports », avec une couverture des ligues majeures de football, de tennis et de sports automobiles. Dans de nombreux cas, les rapports iraniens ne semblent être rien de plus que les versions subtilement modifiées d’articles des médias occidentaux, mais dans l’ensemble les informations présentées sont à une même norme générale.

Enfin, le 13 Octobre, FARS NEWS a publié un article dans la rubrique des sports pour rappeler à ses lecteurs qui est en charge du pays. L’article sportif le plus important ce jour-là ne concernait pas un footballeur millionnaire ou un résultat choc de tennis, mais relatait : «La randonnée en montagne que le Guide Suprême de l’Iran allait faire après son opération de septembre».

Vladimir Vladimirovitch Poutine, le Russe, fait du ski ; Nicolas Sarkozy, le Français, fait du jogging ; Hazrat-e Ali Khamenei, l’Iranien fait de la randonnée. Il y’a bien trop de sportifs en politique.

PS:
Cet article a été écrit par Georges B, journaliste anglais. Nous le remercions pour son vif intérêt et ses observations sur les médias iraniens.

print
Digiprove sealCopyright secured by Digiprove
PedzIran:
Iranien esclave de religion
Related Posts

Website Malware Scan

Categories
All original content on these pages is fingerprinted and certified by DigiproveIran Yooz Internet Halal