Iran Moucharder Sport National

Home / Français / Iran Moucharder Sport National

Iran: moucharder, le Sport National

La tyrannie qui se maintient dans la durée sous diverses formes – monarchie, théocratie, présidence – n’est pas le fruit d’un hasard. Elle se nourrit  de reflexes et de pratiques ancrés dans la population. Dès ses premiers mots d’enfant jusqu’à son dernier souffle, le comportement de l’Iranien, conscient ou non, est façonné par une maxime attribuée à Ali, gendre de Mohammad: « Amre be ma’arouf / Nahi az monker ». امر به معروف و نهى از منکر.

Amre be ma’arouf engage le dévot à exhorter ses proches de suivre les bonnes pensées et les pratiques de la foi, et à surveiller leur comportement. De là découle l’antonyme: Nahi az monker, qui incite le dévot à empêcher ses proches d’avoir de mauvaises pensées et des pratiques contraires à la foi. La pratique de la maxime peut se faire ouvertement sans problème. Cette maxime a fait son chemin au fil des siècles dans l’inconscient collectif et fait aujourd’hui partie de la culture et des réflexes quotidiens de l’Iranien, du plus pratiquant à l’athée, où qu’il soit dans le monde. Les phrases toutes faites des Tâârofs en sont imbibées. « C’est bien de … » est Amre be Ma’arouf. « Il n’est pas bien de … » est Nahi az Monker.

Qui met à jour le catalogue du bien ou du mal? Qui juge si la lecture de « Das Kapital » est bonne ou mauvaise? Qui dit si écouter Lady Gaga est bon ou mauvais? Dans la hiérarchie Shiite, l’ayatollah, le Mardja’e taghlid, est le responsable des jugements de valeur pour établir le catalogue. Ce qui signifie qu’on le considère infaillible. Quand le totalitarisme est religieux, comme dans la République Islamique de l’Iran, le catalogue du bien et du mal se calque sur les dogmes shiites, aussi bien dans le domaine intellectuel que dans la vie de tous les jours, allant de la politique étrangère aux rites à observer pour l’usage de la latrine. Il est difficile, très difficile de s’en sortir tant la pratique est sournoise.

Pratiquement que se passe-t-il si, au pays des âkhonds, votre voisin reçoit des ami(e)s? Ou si les jeunes du quartier chantent Born to be Wild accompagné de guitare électrique et de quelques bières? … Vous appliquez « Amre …/Nahi … » et en toute bonne âme et conscience : avertissez les autorités.

Sans exception, les livres publiés en Occident ces dernières décennies sur la vie quotidienne à Téhéran ont un passage ou plus sur ceux qui se sont trouvés en difficulté avec le système répressif: arrestations, coups de fouets, condamnations pécuniaires ou prison ferme, pour avoir fait la fête, de la musique et d’autres broutilles qui déplaisent aux ayatollahs. Sans exception, ce sont des «amis ou des voisins» qui sont à l’origine de la dénonciation.

PedzIran:
جمهوری اسلامی آخوندی

Que les dieux me gardent de mes amis;  je me charge de mes ennemis. (Antigone II, roi de Macédoine ; IIIe S. av. J.-C.)

Moucharder, cafter, dénoncer, rapporter … la délation est-elle un sport national en Iran? Paradoxalement, plus le régime devient répressif, et plus le mécontentement grandit dans la population, plus la délation est pratiquée. Par conséquence, les cachotteries et les mensonges entre les amis, les voisins et la famille élargie deviennent monnaie courante.

Mauvaises nouvelles pour la démocratie et les libertés…

Maxime d’Ali oblige, les forces de l’ordre public facilitent la vie du délateur avec une tape amicale dans son dos. Dans le capharnaüm des relations sociales en Iran, le message des agents de l’ordre public n’est que trop simple: «aidez-nous à débusquer nos ennemis et nous vous le revaudrons.»

Moucharder, cafter, dénoncer, rapporter … qui s’en offusque? Pratiquement  personne. On ne s’attarde pas sur un automatisme.

Après avoir épuisé les méthodes traditionnelles, telles qu’un coup de fil anonyme, un petit message non signé sur un bout de papier, l’envoi d’une estafette au poste de police/ershad/bassidj le plus proche, désormais la délation se fait par Internet. Elle bénéficie de l’avancée technologique du cyberspace iranien, l’Internet Halal. Bienvenue au domaine [.ir] où l’on peut dénoncer anonymement les sites «criminels» aux autorités judiciaires de la dictature théocratique, par des formulaires online. D’ailleurs, les informaticiens dévots à la cause du totalitarisme ont même prévu un « add-ons » pour Firefox: il suffit de le télécharger (avec d’autres saletés?) pour votre  web-browser. Ainsi, semble-t-il, il suffit de presser le bouton quand vous êtes sur une page web qui vous déplaît et automatiquement les autorités iraniennes seront informées du site «inapproprié» en toute confidentialité. Il leur sera d’autant plus facile de gérer leur formidable machine de filtrage et de blocage des sites.

L’internet est ce qu’il est : un serveur peut être hébergé sur n’importe quel point géographique de la terre. Pour que l’Internet Halal soit opérationnel, des serveurs éparpillés en Amérique du Nord ou en Europe lui servent de porte d’entrée. En suivant les divers liens des pages, on arrive sur les sites et serveurs hébergés en Iran.

Iran Moucharder Sport National

Un exemple simple a été reproduit par image sur notre section Anglais. Chacun peut refaire l’exercice sur son PC. Nous avion mis en garde contre le site internet.ir. dont le ministre iranien s’est vanté de « plus de 800 dénonciations en ligne par jour» [sic]. Attention! Si vous êtes mal armé par manque d’expérience et que des pare-feu robustes manquent à votre PC, les informaticiens de la République Islamique feront de vos données personnelles une toute petite bouchée, même si vous êtes au Pôle Nord.  Qui a dit que l’Internet Halal ou pas Halal était la liberté et un droit pour la cultiver? La République Islamique d’Iran contre la National Security Agency (NSA, USA)? Beurk… En attendant Godo/Mehdi, le site internet.ir est sur la liste noire [p.148] de la trésorerie américaine ….

Print this page/post
Related Posts
Categories