Résister à la Théocratie et à l'Islam Politique

Cul-Terreux & Dahâtis دهاتی

Les villoiseois, Cul-Terreux, Dahâtis
En Iran, le terme Dahâti دهاتی , villageois-pouilleux-inculte, cul-terreux, en dit long sur le rapport que la société a avec ceux qui travaillent la terre.

Le tag sur le mur lit : Imam Khomeini [a dit]: les tribus et les provinces [Ashayer] sont les réservoirs de la Révolution…[photo: IRNA, 2017]

Carnets d'IranLa Révolution n’a tenu aucune de ses promesses… peut-être que les Ashayer restent les seuls lueurs d’espoir pour en finir avec la Révolution Islamique qui dure depuis trop longtemps et qui a corrompu et détruit bien plus que de construire.

La société urbaine iranienne n’a jamais eu d’estime pour les paysans, fermiers ou agricultures.
Comme toujours, ceux qui possèdent la terre sans se salir les mains, les rentiers, jouissent de l’estime sociale. À contrario, les paysans ne sont que des citoyens de seconde zone, de l’arrière pays où tout est sale et grossier.

En Iran, le terme Dahâti, villageois-pouilleux-inculte, cul-terreux, en dit long sur le rapport que la société iranienne a au 21ème siècle avec ceux qui travaillent la terre. Dans la pensée collective, appuyée par les dogmes et les superstitions religieux, la terre est sale et les animaux sont impurs/nadjes, et par conséquent tous ceux qui sont en contact direct avec ces deux élément sont souillés.

Les citadins aiment se balader et prendre des jolies photos des champs au printemps, des troupeaux de moutons qui paissent.

Mais qui prendrait le temps de discuter avec l’agriculteur ou le berger, le cul-terreux, se rabaisse. Si les citadins s’adressent à eux, ce sera sur un ton paternaliste et de donneur de leçons.

Les quarante ans de théocratie ont empiré les divisions de classes sociales. Aujourd’hui, les villageois et paysans quittent leurs terres par manque d’eau;. Il n’y a aucun avenir pour eux dans les bidonvilles de la République d’Islamique d’Iran. Quand les Dahâtis, les populations de provinces se sont exprimés en décembre 2017-janvier 2018, la théocratie les a taxés d’espions et agents à la solde des puissances étrangères.
Pourquoi Téhéranis ont hésité si longtemps pour les suivre, et si mollement?

Ayez pitié de la nation qui abrite mille croyances, mais qui est dépourvue de religion.

Pour le moment, c’est peut-être la seule réponse possible.

Print Friendly, PDF & Email

Lectures complémentaires:

Hijab, propagande
Sexe au pays des mollahs

En Iran, l’obsession des phallocrates par le sexisme et le hijab aveugle les média déjà obtus par la propagande et l’autocensure.

Pendant que vous lisez, nous continuons à perdre notre temps.

In the past decades:

  • We have devoted our lives to a corrupt Leader.
  • We have sacrificed our children’s future to the idols of political Islam, the ayatollahs.

Time ticks till Nowruz 1400 (2021) as  we enter the 15th century of our era.

Jours
Heures
Minutes
Secondes
Chronicles-from-iran-Heading-V3

We use cookies to improve our site for you. You can find more information in our data protection declaration. We do not collect personal data.