Résister à l'Islam Politique

Iran : Un an après la révolte de 2022

Drapeau iranien avec un point d’interrogation comme emblème.
Quel sera l’emblème de l’Iran après la République islamique ? Le lion et le soleil de la monarchie, ou l’Allah graphique, emblème de la République islamique, ont une longue histoire de tyrannie et sont des indications de discorde et de patriarcat. Un symbole qui représente l’unité du pays, l’harmonie et l’égalité entre les hommes et les femmes, les ethnies et les différentes pensées est nécessaire.
L’Islam politique est l’infamie iranienne. Nous devons agir : Va te faire foutre à Khamenei. Le chemin à parcourir est long et sinueux.

Iran : Un an après la révolte de 2022

La République islamique et la société iranienne ont été ébranlées depuis le 16 septembre 2022 par les slogans Femmes, Vie, Liberté et Mort au dictateur.

Les esprits sont prêts à tout changement politique majeur.

La seule façon de modifier le système politique d’un pays est d’envisager une solution de rechange concrète. Un an plus tard, la solution de rechange n’existe toujours pas.

Le régime maudit de la tyrannie islamique est toujours au pouvoir et étouffe le peuple iranien parce qu’il est activement soutenu par de nombreux citoyens et encore inconsciemment par d’autres.

L’islam politique rétrograde en Iran a été renforcé par la révolution de 1979. L’idéal de justice sociale fut rapidement et facilement anéanti. Au milieu de la violence confessionnelle et chiite et en faveur des clercs de Khomeini, le grand public a avalé les mensonges de l’autorité religieuse.

Durant les quarante années qui suivirent, les gens s’écrièrent : « nous avons été trompés ! Cependant, ils ont choisi de s’aligner sur le régime plutôt que de faire preuve de résistance et d’unité.

Le régime a réduit au silence les voix des dissidents et a incité ceux qui les entouraient à les rejeter. La peur a aidé à garder les gens sous contrôle, à éviter les dommages et à rehausser le faux sentiment de confort mesquin. Le régime a été renforcé par n’importe quelle contrainte ou flagellation qui a rencontré l’indifférence et le silence du peuple.

La tyrannie de l’islam politique fragilise l’Iran. La survie du régime repose sur la Russie et la Chine. Le fait que des gens ont été induits en erreur rend difficile pour eux de bien comprendre les enjeux importants qui ont une incidence sur leur vie. De nombreux citoyens refusent de savoir, peu leur importe. Dans l’attente de Godo, ils ont fait l’autruche. Leur vie se limite à manger/dormir et aux Inshalahs.

Les hommes chiites, prisonniers de leur position sociale et de leur argent, ou simplement lâches, sont emprisonnés dans des chaînes de superstition religieuse, de fausses traditions et de profits personnels. Les mollahs et leur progéniture prospèrent avec des mensonges et des perversités sans précédent. Après une ignoble imposture et le vol de la richesse du pays, ils s’établissent en Occident avec ingratitude et sans soucie. Dans leur nouvelle vie, ils raillent la bêtise du peuple iranien et la stupidité occidentale.

En 2009, il y avait une chance pour une autre révolution due à l’insatisfaction générale de la violence et de la corruption dans la République islamique. Les gens étaient disposés à faire tomber les mollahs en raison de leur misère et de leur désespoir. Faute d’un idéal de convergence pour l’avenir et l’incertitude politique, les peuples se sont calmés et ont suivi la voie du régime.

Est-ce qu’on veut la démocratie ?

Le régime maudit de la tyrannie islamique est toujours au pouvoir et étouffe le peuple iranien parce qu’il est activement soutenu par de nombreux citoyens et encore inconsciemment par d’autres.

L’aide inconsciente est utile à la République islamique. Le silence et l’indifférence au sein de la population renforcent le régime. La culture et le maintien d’un système de coercition et d’intimidation de l’islam politique corrompu se font à travers la crainte et les promesses d’argent.

Aujourd’hui, les individus sont prêts à affronter les transformations fondamentales de la politique. Dans le système politique d’un pays, le seul moyen de changer consiste à envisager une solution de rechange concrète.

La démocratie est un rêve qui peut être doux, mais la saisir et la mettre en pratique est un défi et requiert tous les efforts, même le plus petit.

Il faut comprendre pourquoi notre pays s’est peu à peu transformé en un horrible cauchemar social, économique, environnemental et politique. Pourquoi a-t-on complètement passé sous silence le débat démocratique en Iran ? Avec le meurtre et la violence, le régime a fermé la porte à la démocratie pour ceux qui ne veulent pas ruiner leur avenir dans la République islamique. Ils partent.

En plus de la barrière imposée par le régime, deux obstacles majeurs empêchent le changement et la transformation en Iran :

• Les catégories professionnelles et sociales ne parviennent toujours pas à établir des liens avec les jeunes et les femmes du pays. Le courage et la persévérance dont font preuve les jeunes dans leur lutte contre le régime sont admirables. C’est la responsabilité des aînés et de leurs parents de conserver leur passion et leur enthousiasme avec efficacité. Les vieux conservateurs qui ont embrassé la main du mollah pendant les 40 dernières années sont aussi effrayés que les antiques ayatollahs du soulèvement. Ils utilisent toujours la peur comme excuse pour abandonner leurs enfants et détruire leurs espoirs par couardise.

• Les réfugiés et les immigrants iraniens sont restés isolés les uns des autres pendant 40 ans à l’étranger, dans un climat de méfiance mutuelle. Chaque groupe a sa propre chanson aujourd’hui.

Les diasporas iraniennes n’étaient pas préparées à l’insurrection. Un an après l’assassinat de Mehsa Amini, ils n’ont pas su susciter l’espérance pour l’avenir du pays. Les contacts et les liens entre les groupes et les particuliers sont minimes et discrets. La transition entre la sympathie chaleureuse et sincère pour les manifestants nationaux et la détermination de l’action est une longue route. Il est inutile d’exiger que la communauté internationale règle rapidement le problème du régime iranien.

Quelles sont les mesures à prendre pour bâtir un Iran meilleur ? Comment mettre à profit les erreurs du passé ? Comment pouvons-nous tous ouvrir nos yeux, notre esprit et notre cœur et nous débarrasser du leadership actuel et de ses mercenaires ? Comment apprendre à s’unir contre les mollahs avant d’aller au front ? Qu’est-ce que le programme, qu’en est-il des objectifs ? Où se trouve l’expérience ?

Quel sera l’emblème de l’Iran à la suite de la République islamique ?

Le lion et le soleil de la monarchie, ou le graphique Allah, l’emblème de la République islamique, ont une longue histoire de tyrannie, et sont des indications de discorde et du patriarcat.

On a besoin d’un symbole qui représente l’unité du pays, l’harmonie et l’égalité entre les hommes et les femmes, les groupes ethniques et les différentes pensées.

La non-résistance est haram (interdite)

La démocratie ne peut se faire par une seule personne ni par un seul groupe. L’engagement civil et la fiabilité de l’action de masse font partie intégrante de la démocratie. Le manque de maîtrise de soi, la hâte, l’autosatisfaction le tuent.

En dépit de l’indécision et de la confusion politique actuelle, les bourreaux de la République islamique seront incapables d’éteindre le feu sous les cendres.

Les Iraniens ne devraient pas revenir sur la voie sûre du silence, en protégeant l’illusion de la sécurité lors des massacres systématiques. Canaliser par paresse les gens à anéantir leurs proches pour leur propre répit est Haram/interdit.

Chaque manifestant emprisonné, violé, torturé, chaque jeune homme pendu, chaque avocat dénié le droit de défendre son client, a soif de soutien public et mérite une grève nationale.

Chaque heure et chaque minute exige la désobéissance civile et le mépris pour les préceptes religieux absurdes et l’intolérance. Il convient de donner un appui pratique à toutes les objections. Le feu sous les cendres devrait embraser la société au point que tout turban de l’islam politique y brûlera.

La non-résistance est interdite, et il n’y a aucune place pour la passivité et l’hésitation. Les femmes combattent non seulement pour leurs droits, mais aussi pour leurs enfants, aussi bien les filles que les garçons. Lorsqu’un problème est au cœur de la société, la présence des femmes est une source d’espérance et d’inspiration pour l’Iran. L’islam politique est le déshonneur des Iraniens. Nous devons agir et hurler : Maudit soit Ali Khamenei ! Il faut éliminer tous les dirigeants tyranniques et les mollahs du gouvernement. Le chemin est long et sinueux. Le sang versé ne doit pas être gaspillé.

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Print Friendly, PDF & Email