En Iran, la dictature se maintient par la peur et la corruption, appelé Islam politique.

Ayez pitié de la nation qui accueille son nouveau dirigeant avec des trompettes, et le chasse avec des huées, uniquement pour en accueillir un autre avec, à nouveau, des trompettes.

Bienvenue au pays des religieux, des ayatollahs et des imams de la superstition.

Velayat-e Faqih, la théocratie Islamique, exige la servilité nimbée de xénophobie et misogynie. Pour fuir le déclin social, il faut résister aux religieux et casser le rythme des siècles de despotisme.

  • Nous ne sommes pas un site de «news –infos». Nous essayons d’analyser pourquoi une vieille civilisation telle que la nôtre a peur en permanence, se noie dans l’égoïsme, et paradoxalement, pour cacher son manque de confiance en soi, est arrogant et passéiste.
  • Pourquoi la diaspora iranienne, pourtant bien éduquée et intégrée, mais faible et désunie, n’a aucun poids politique face aux ayatollahs.
  • En Iran, la tyrannie de Velayat-e Faqih se maintiendra aussi longtemps qu’une réalité tangible ne remplacera pas nos nostalgies.
  • La République islamique chiite n’est pas une création fortuite. Elle est le miroir de la culture politique que les Iraniens considèrent  acceptable.

Plus:

Comment se représenter l’Iran du 21e s. avec sa pauvreté grandissante, ses missiles et son nucléaire?

Pour en savoir d'avantage et partagez vos pensées,

Cliquez ici pour plus d'articles.